Sloft MagazineLa Sélection SloftSloft ProjetsSloft StudioContact
Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²
À LA UNE
L'édito

Les hôteliers créent des ambiances pour les autres. Mais quand il s’agit de leur propre intérieur, sont-ils comme les cordonniers, les plus mal chaussés ?


C’est ce que nous avons voulu vérifier en nous rendant chez Camille Chevillard, la patronne de deux hôtels à Paris. Elle vient d’achever la rénovation du premier, l’hôtel Longchamp Élysée et a lancé celle du second, le Palais de Chaillot qui rouvrira en septembre.


En savoir plus...
À LA UNE
L'édito

Julien, le propriétaire, passe la majeure partie de son temps à l’étranger pour le travail. De passage à Paris de temps à autre, il souhaitait pouvoir bénéficier d’un pied-à-terre. Le coup de cœur a eu lieu pour cet appartement de 68 m², situé à Caulaincourt. Il faut dire qu’il propose de sérieux atouts : quartier vivant, charme de l’ancien avec parquet et cheminée…


En savoir plus...
À LA UNE
L'édito

Après avoir visité une vingtaine d’appartements, c’est clairement l’appart le plus calamiteux qu’on ait vu. Mais c’est celui qu’on a choisi ! s’enthousiasme Jean-Malo en nous racontant la genèse de ce projet de couple aux airs de maison de village suspendue, situé dans le Village Ramey, sous Montmartre.


En savoir plus...
À LA UNE
L'édito

Plus la vision est précise, plus l’exécution demande exigence, temps et détermination. C’est l’expérience qu’ont fait David et Ambroise pour leur premier appartement. Mais ils ne regrettent pas. Car une vision précise, c’est aussi le gage d’une satisfaction durable. Dites-vous qu’ils en ont visité 48 avant de trouver celui qui correspondait à ce qu’ils cherchaient !


En savoir plus...
À LA UNE
L'édito

Pour rénover cet appartement de 28 m² en plein cœur de Belleville, le duo d’architectes Sébastien Gnaedig et Agathe Marimbert ont eu une vision singulière : créer trois volumes, sortes de boites dans la boite, afin de structurer l’espace.


En savoir plus...
À LA UNE
L'édito

Ce quartier, c’est un peu un hasard. Je me suis installée ici y’a 30 ans, en sortant des Beaux-Arts. J’ai vu la petite place, j’ai adoré. Or il y a 30 ans quand tu disais que tu vivais là, on se pinçait le nez en disant « Oberkampf, quelle horreur, comment tu peux habiter là ! » C’était un quartier avec que des dealers. À tel point que, pour l’anecdote, y’avait pas de citrons chez les épiciers parce que tous les drogués les volaient pour se faire des shoots, ça te donne un peu l’ambiance… Valery-Rose ne manie pas la langue de bois. Elle dit ce qu’elle pense et ce qu’elle aime. D’ailleurs c’est son métier. De repérer, de sélectionner, de recommander, bref, d’avoir un avis. Un métier protéiforme, riche et foisonnant, comme son appartement.


En savoir plus...
Et aussi ...

Le + de Sloft Magazine : retrouvez tous les objets identifiés dans nos reportages.

Le “+”, notre bibliothèque d’objets