Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Saveurs Eighties, 64 m² dans le 20ème arrondissement de Paris

L'appartement parisien revisité de Lou et Baptiste. Le charme est fonction de nombreux paramètres mais la recette est incertaine. Essayons de détailler ceux qui ont participé au succès du projet de Baptiste et Lou. Car leur appartement est à coup sûr charmant.

D'abord, il y a l'emplacement : une de ces petites places dont le 20ème arrondissement de Paris a le secret, pavée, arborée, et qui accueille un marché deux fois par semaine. Puis il y a un appartement. Parisien. Tout ce qu'il y a de plus classique. 64 m² cloisonnés - mais prometteurs -  au premier étage d'un immeuble "ancien". Ensuite, il y a  un projet : un grand espace de vie, deux chambres et une vraie baignoire. Avec pour encadrer tout cela, un leitmotiv : "faisons simple". Tout cela compte, et garantit certainement l'obtention d'un espace de vie agréable. Mais qui pourrait  aussi bien se révéler un chouilla ennuyant s'il n'y avait pas un dernier paramètre déterminant : l'inspiration et le talent ! Notamment celui de Baptiste qui est architecte et co-fondateur de ALORS Studio.

La distribution de l'appartement a été entièrement repensée et s'articule désormais autour d'un couloir central qui dessert les différents espaces. D'un côté, le séjour, exposé plein sud et sans vis-à-vis, est donc baigné de lumière. C'est l'endroit idéal pour y installer le salon et la salle à manger / cuisine séparés par un astucieux meuble dessiné par Baptiste. De l'autre côté, les deux chambres, la "petite", qui n'est pas encore habitée, et la "grande". Au bout du couloir se trouve la salle de bain.

Baptiste et Lou ont transformé la base de départ, très traditionnelle, en un espace moderne, lumineux avec beaucoup de cachet grâce à un dialogue inspiré. Ici, les pièces design se mélangent aux meubles vintage au milieu d'éléments sur mesure en bois ou en métal et l'on sent poindre une certaine admiration pour l'esthétique franche et brute des années 80 !

La cage d'escalier

Une cage d’escalier typique des constructions « anciennes » à Paris. On notera les très beaux encadrements des portes d’entrée

.

L'entrée

L’entrée donne directement dans le couloir qui dessert l’ensemble des espaces. Au plafond, une gaine technique dans laquelle courent les câbles électriques. Choix utilitaire et esthétique, elle permet également d’y accrocher des suspensions. À gauche, le séjour, au fond la salle de bain et à droite les chambres.

La vue vers le salon

Demi-tour dans le couloir et vue sur l’entrée et la double-porte qui dessert le séjour.

L'entrée du salon

Nous voici dans la pièce principale, côté salon, avec la porte qui donne dans le couloir. Au sol, le parquet en point de Hongrie d’origine, remis à neuf.

Le tableau bleu

Zoom sur cet espace : au mur, un monochrome de l’artiste Marc-Antoine Decavèle, similaire à celui que nous avions découvert chez Pia Chevalier. D’ailleurs, Pia est la soeur de Lou et on retrouve certaines pièces de la créatrice ici. Notamment le Soliflore posé sur la table basse ou les cousins du canapé !

La fenêtre du salon

Et voici la vue d’ensemble de la partie salon où se mélangent les styles : un canapé vintage des années 60, une table basse en rotin, un radiateur industriel sous la fenêtre. Et tout à droite, le grand meuble métallique sur mesure qui sert de séparateur (design et intelligent) de la pièce à vivre.

Focus sur le canapé

Focus sur cette « nature morte » constituée du bois sombre de l’accoudoir du canapé, d’une belle feuille de mini bananier et de la tête LED d’un lampadaire IKEA, modèle YPPERLIG.

La vue vers la fenêtre de la cuisine

La vue vers la salle à manger.

La table de la cuisine

Les repas s’organisent autour d’une jolie table en Formica rouge. On découvre le grand meuble de séparation entièrement réalisé en tubes d’acier soudés. Les étagères sont bien espacées pour garder un maximum de transparence et laisser passer le regard. La partie pleine du meuble, au bout, intègre le frigidaire.

La vue vers l'étagère

Le meuble sous un autre angle, avec le treillis métallique soudé qui vient refermer l’une des tranches. Les larges espacements au centre permettent d’exposer de jolis objets comme par exemple le vase en verre soufflé de l’artiste Jeremy Maxwell Wintrebert ou le petit mobile « L’Étourdi » par Volta.

V201916

Au bout de la table, contre le mur, la cuisine. Ici, pas d’éléments hauts qui auraient alourdi l’ensemble mais un grand néon linéaire de chez SFEL, suspendu au plafond. Des placards discrets de rangement ont été installés contre le mur de gauche. Les éléments de la cuisine ont été réalisés sur mesure et sont recouverts d’un plan de travail en granit noir du Zimbabwe.

Focus sur la cuisine

Zoom sur les poignées très eighties dessinées et fabriquées par le menuisier/serrurier de Baptiste et sur la prise électrique de chez Basic Loft.

Les étagères et la cuisine

Et voici le plan de travail vu dans toute sa longueur avec les grands placards du fond. Les moulures du plafond s’accordent parfaitement avec lignes modernes et franches des meubles.

L'étagère du salon

La chaise ALU du duo de designers Muller Van Severen semble être une extension naturelle du meuble de séparation !

La vue vers la seconde chambre

Voici la « petite » chambre, séparée du couloir par une verrière d’origine qui avait été murée lors de précédents travaux.

La chambre deux

Cette pièce était la cuisine dont subsiste encore le « garde-manger » sous la fenêtre. Le sol a été repeint et Baptiste et Lou ont installé un meuble bas qui fait aussi office de banquette pour rendre l’espace plus accueillant.

Le fauteuil à bascule

La suite du meuble bas et la vue vers le couloir et le salon en arrière plan.

La cheminée de la chambre

Nous voici désormais dans la « grande » chambre. On voit dans le reflet du miroir le dressing conçu avec un système à crémaillère de chez Elfa.

Le meuble de la chambre deux

Gros plan sur le système Elfa monté au-dessus d’un meuble bas réalisé sur mesure et qui rappelle les éléments de la cuisine.

Le chevet de la chambre

C’est un petit caisson Componibile de chez Kartell qui fait office de chevet. Au-dessus, contre le mur, un interrupteur de chez Basic Loft.

La salle de bain

La salle de bain tout en angles, dans laquelle on retrouve cette esthétique années 80, notamment grâce à la couleur bleu gris des carreaux Winckelmans associée au jaune des éléments de douche du designer Makio Hasuike.

La place

Un village en Provence ? Non, Paris 20ème.

Photographies : Fabienne Delafraye
Texte : Grégoire & Jean

Réalisation : ALORS Studio, http://alorsstudio.com/