Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Quatre fenêtres et un balcon

Chaque chose à sa place et chaque place a sa chose !Il y a des appartements qui ne font pas de bruit. Pas de volumes remarquables, ni d’originalités voyantes, encore moins d’aménagements tapageurs. Ils ont cette personnalité modeste et charmante qui rend leur fréquentation si agréable. Chez eux, chaque chose est à sa place, tout y est simple, naturel. Mais s’arrêter là serait trop court. Ils recèlent tous un sous-texte à découvrir.

Le salon avec la table basse

Depuis l’entrée, c’est l’espace salon qui nous accueille, avec son ambiance subtilement dépaysante. Est-ce la peau de cuir nouée du fauteuil ? Le motif du tapis ? La lanterne posée au sol ? Ou encore la table basse équipée de roues la transformant presque en chariot de chemin de fer ? Il y a bien du voyage dans l’air.

Le salon depuis la salle à manger

Des oiseaux exotiques se sont posés sur les murs ou la table basse; un transistor chante sur une commode en rotin. Le voyage encore. C’est donc ça. Il y a du chic de comptoir lointain.

Une plante suspendue

Dans ces contrées la végétation foisonne. Elle s’invite partout, elle s’accroche aux portes et aux fenêtres.

Le salon avec le tapis et la table basse

Dans le prolongement de l’espace salon, l’espace salle à manger. Aux fenêtres, pas de rideaux, mais des stores vénitiens. Idéal pour filtrer la lumière dans les pays tropicaux. Et pour faire rentrer la lumière à plein dans les pays qui le sont moins ! On remarque la belle table en bois massif fabriquée sur mesure. Il ne manque plus qu’un ventilateur à pales au plafond.

La chaise Brighton

Le siège du patron. En l’occurrence, de la patronne.

La salle à manger

Dans le prolongement de la grande table, la cuisine. Elle n’est pas ouverte à proprement parler, mais elle dessert idéalement l’espace salle à manger. Un bon compromis si l’on recherche la commodité sans pour autant mettre en scène sa cuisine.

La cuisine
La table de la salle à manger

De l’autre côté, on découvre que le grand volume qui accueille le salon et la salle à manger forme un L et devient une sorte d’anti-chambre ou de boudoir. Un endroit dédié aux tisanes et aux lectures à la lumière vacillante d’une lampe à pince.

La lampe baladeuse accrochée sur la bibliothèque
La chambre comme une cabine de bateau

Conçue à la manière d’une cabine de bateau, la chambre s’ouvre sur l’espace principal et s’isole simplement avec un store japonais. Un coffre marin accueille les affaires du passager ou les trésors qu’il rapporte de ses voyages. On entendrait presque le souffle du vent bruire dans les palmes de la lagune.

L'étagère et l'attrape-rêve

Photographies : Astrid Templier, www.astridtemplier.com
Texte : Jean Desportes