Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Les pièces musicales. Charme et fluidité dans 55 m² sous les toits

Optimisation et redistribution ingénieuse des volumes dans un espace atypique.Après des études à l’école Boulle et dix ans de carrière dans les décors pour le cinéma, Pauline Lorenzi s’est lancée à son compte en 2018. Pour représenter son agence, l’architecte a choisi le mot suédois Ett Hem qui signifie “maison”. Et c’est précisément là qu’on la trouve, dans ce qu’elle sait faire de mieux : apprivoiser un projet d’habitation et le rendre exceptionnel. Les surfaces lisses et les volumes simples ne sont définitivement pas son truc. Ce que Pauline préfère ce sont les espaces atypiques et pleins de défis qui en feraient fuir plus d’un !

Dans cet appartement, les volumes étaient ceux d’un très vieil immeuble typique du coeur du Marais, c’est-à-dire franchement biscornus ! Imaginez deux cubes reliés en diagonale avec une pièce de réception côté “entrée” et une chambre côté balcon, en mezzanine, au dessus de la cuisine ! Tout l’enjeu pour Pauline était de fluidifier les circulations et redistribuer l’espace en opérant un jeu de “pièces musicales” : faire glisser la pièce à vivre côté balcon et supprimer la chambre en mezzanine pour créer une chambre séparée côté “entrée”.

Vous allez voir qu’à ce jeu là, le Studio Ett Hem s’en est parfaitement sorti. Avec élégance et fraîcheur grâce à une partition très maîtrisée de matières et de couleurs. En avant la musique ! 

L’entrée nous accueille avec ses cloisons courbes et ses couleurs franches. Les volumes sont ainsi maximisés. L’espace gagne en luminosité grâce à la verrière.

À droite, des portes-miroir dissimulent de grands placards muraux tout en agrandissant l’espace. Le ton est donné : cet appartement est ultra optimisé !

Les toilettes se parent d’un papier peint à l’imprimé végétal et contemporain.

La salle de bain est beaucoup plus minérale avec son revêtement en terrazzo, très original avec ses gros éclats de pierre. Le contraste se fait avec la couleur vieux rose des placards réalisés sur-mesure, la poutre et le petit tabouret en bois.

Les détails en laiton de la robinetterie et des poignées rendent l’atmosphère plus douce et contemporaine.

Le moindre recoin est pensé dans cet appartement atypique : on glisse une incroyable douche à l’italienne dans un espace triangulaire !

Derrière cette verrière en arc de cercle se cache la chambre. Ainsi, on exploite au maximum la lumière naturelle provenant de l’unique fenêtre du “cube” de l’entrée.

L’épais rideau rend la chambre chaleureuse et confortable, comme dans un cocon. Le fil conducteur avec les autres pièces est le rose, disposé en cimaise et sur les meubles en soubassement.

L’épais rideau rend la chambre chaleureuse et confortable, comme dans un cocon. Le fil conducteur avec les autres pièces est le rose, disposé en cimaise et sur les meubles en soubassement.

Dans le couloir en diagonale, de nouveaux rangements et un miroir tout en longueur nous font glisser en douceur vers le deuxième “cube” de l’appartement

Nous voici dans la pièce à vivre : très lumineuse, et tout aussi hors normes avec son impressionnant faisceau de poutres !

La cuisine se pare de vert. Grâce à l’éclairage naturel intense, on peut se permettre une couleur foncée et très sophistiquée pour définir l’espace. L’îlot central, aux tons plus neutres, fait le lien avec le salon, tout en douceur !

La bibliothèque est réalisée sur-mesure pour s’intégrer parfaitement entre les fenêtres et les poutres. On gagne de la place ingénieusement !

Gros plan sur la bibliothèque dont la base fait office à la fois de banc et d’étagère.

Focus sur la table basse en verre teinté.

La pièce maîtresse de l’appartement se trouve sur cette image, vous la voyez ? C’est l’escalier bien-sûr ! Pour éviter d’installer un escalier massif et mangeur d’espace, l’architecte a pensé des marches intégrées dans le module de l’îlot central, puis d’autres suspendues dans les airs !

Focus sur cet escalier unique, inspiré des escaliers à pas japonais et choisi blanc pour le fondre dans son environnement. A quoi mène-t-il ? Au reste de la mezzanine transformé en dressing et zone de stockage. Pratique, encore une fois !

Photographies : Bertrand Fompeyrine
Texte : Joséphine

Réalisation : Studio Ett Hem, https://www.studio-etthem.com/