Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Un loft industriel de 58 m² sur les Grands Boulevards

Un espace réinventé en loft aux accents américains.Comment transformer un plateau nu de 58 m² en un espace atypique ? C'est la question à laquelle doit répondre l'architecte Mélanie Lallemand Flucher quand ses clients lui confient la réalisation de cet appartement donnant sur les Grands Boulevards à Paris.

Les désirs du jeune couple propriétaire des lieux semblent difficilement conciliables. Ils veulent pouvoir recevoir des invités et cuisiner devant eux tout en se gardant des espaces d'intimité, elle aimerait une grande baignoire quand lui préfère plutôt une douche simple et efficace, ils cherchent un loft mais avec des espaces bien distincts...

La réponse apportée par leur architecte satisfait toutes ces demandes. En capitalisant sur l'existant, une surface lumineuse sans cloison avec un parquet fait en planches de quai de déchargement récupérées par l'ancien propriétaire, Mélanie Lallemand Flucher a fait de cet endroit un intérieur surprenant et unique en son genre. La visite commence par l'entrée, un rectangle qui s'enfonce dans l'appartement et qui laisse place à d'autres rectangles qui s'élargissent : La cuisine avec l'îlot central, l'espace consacré aux repas et enfin le salon.

Les propriétaires de cet espace étonnant voulaient un appartement différent ce que l'on peut trouver à Paris. Différent par l'agencement et la distribution des pièces, par les matériaux et par les objets que l'on y voit. C'est chose faite, ils habitent maintenant un loft industriel qui ne ressemble à aucun autre.

La cuisine

Dans l’entrée un premier dressing en frêne fait face à une installation murale faite en planches de bois chinées aux Puces de Saint Ouen.

De la contrainte naît la créativité ! Faute de place dans la salle de bain, la baignoire a été installée au pied du lit. C’est ce qu’on appelle “scénariser” l’espace !
La baignoire

Des rideaux courent le long de la verrière pour protéger le baigneur des regards indiscrets. (Ou pas !)

La chambre

Les deux grandes fenêtres de la chambre diffusent leur lumière dans l’appartement grâce à la verrière.

La chambre est parfaitement optimisée notamment grâce au dressing installé dans le petit couloir qui mène à la salle de bain. On aperçoit au-dessus de la douche une ouverture qui donne dans le salon.
La vue sur la baignoire

L’îlot central de la cuisine est le point de convergence de l’appartement. Les lampes ont été chinées par l’architecte et remises à neuf.

La cuisine est faite en frêne et le plan de travail est en quartz reconstitué gris brut.
Le canapé

La douceur du velours contraste avec la rudesse du plancher fait en planches de quai de déchargement.

Le fauteuil blanc

On retrouve en haut du mur blanc l’ouverture située au-dessus de la douche et qui contribue à l’aération et à droite la porte quasiment invisible des WC. Détail déco intéressant : le renfoncement comblé par une pile de bouquins.

Les Fenêtres Coulissantes

Des fenêtres à guillotines qui s’ouvrent sur les Grands Boulevards et des façades haussmanniennes. Bienvenue à Brooklyn St Martin !

La vue vers la table des repas

L’exposition plein sud permet de bénéficier pleinement de l’éclairage naturel.

La salle à manger

Le mélange des styles : Une étagère faite de modules en acier et une table chinée dont les quatre chaises s’encastrent parfaitement sous le plateau.

Le corner design, mode et gastronomie, américaine bien sûr !

Photographies : Fabienne Delafraye
Texte : Laetitia Renevier

Réalisation : Melanie Lallemand Flucher, http://www.melanielallemandarchitectures.com/