Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

La fantaisie est de rigueur dans un 37 m² à Saint-Ouen

Un intérieur ultra-référencé et plein de surprises !Cela fait quelques années déjà que Benjamin s'est découvert un véritable intérêt pour le design et la décoration quand, avec sa femme Emmanuelle, ils achètent cet appartement de 37 m² à quelques encablures du périphérique parisien. Très vite, le "deux pièces cuisine" va devenir le meilleur terrain d'expression de sa passion. Détail qui a son intérêt pour ce serial chineur, ici, on n'est qu'à quelques minutes des Puces de Saint-Ouen...

La distribution de l'espace est simple et pratique. Après l'entrée, un petit couloir mène à la pièce principale, exposée plein sud, qui sert à la fois de salon et de salle à manger. La cuisine a droit à sa propre pièce (ce qui devient rare et finalement vintage !) et donne sur la rue. La chambre, plein nord, donne sur la cour.

Il a fallu du temps pour meubler et décorer cet espace. C'est souvent ce qui fait la "profondeur" d'une déco. Ce qui la rend plus personnelle et riche qu'une déco plaquée d'un seul tenant après une rénovation par exemple. Il a fallu du temps à Benjamin pour s'imprégner de l'endroit et se poser les bonnes questions : quel meuble ? quelle couleur ? quel tableau ? quelle photo ? Puis du temps pour trouver chaque chose. Et finalement, les éléments s'assemblent naturellement.

Quand on visite cet appartement, on comprend vite que Benjamin est passionné par le sujet. Il a su piocher chez les grands du design contemporain LA pièce qui s'intégrerait parfaitement dans son espace. Cet intérieur est agencé avec toute la rigueur que l'on peut attendre d'un manager du palace parisien Le Bristol. Mais au détour d'une table Saarinen ou d'un bureau Paulin, on devine ça et là une touche de fantaisie et de second degré qui rend l'ensemble simple et chaleureux.

Et chez Sloft Magazine, nous sommes fiers de savoir que certaines de nos visites guidées l'ont d'ailleurs directement inspiré !

L'entrée

Après l’entrée, un petit couloir mène à la pièce principale. On aperçoit la table Tulipe du designer Eero Saarinen et au mur un immense « E ». Un hommage de Benjamin à sa femme Emmanuelle ? À droite, la porte menant à la salle de bain.

La vue vers l'entrée

Demi-tour en bout de couloir avec la vue vers l’entrée qui est soigneusement aménagée. À gauche, une jolie patère colorée et à droite un ensemble de modules TRONES de chez IKEA.

Le salon et la cheminée

La pièce principale qui fait office de salon et de salle à manger est orientée plein sud. C’est une véritable galerie de design contemporain avec au premier plan le marbre de la table Tulipe et au fond le célèbre fauteuil Pumpkin de Pierre Paulin. La porte à droite mène à la cuisine.

La vue vers la cuisine

La pièce est bien éclairée grâce à la grande fenêtre et à la lumière qui vient de la cuisine. Détail amusant au dessus du montant de la porte, une ancienne horloge flip flap de la marque Suisse Bodet. Celle-ci fonctionne à piles, donc pas de fil électrique à installer et est parfaitement à l’heure. Les shootings sont matinaux chez Sloft Magazine !

La cuisine

La cuisine a été faite sur mesure chez un cuisiniste. Les meubles blancs, la crédence en faïence et le sol contribuent à la luminosité de la pièce. Le carrelage en ciment vient de chez Charme et Parquet.

Ici, pas de doute, on roule, on écrase, on bat, on rape, on aiguise, on retourne, on passe, on tranche, on pique, bref, on cuisine !
La bibliothèque

Les étagères en chêne ont été installées sur des crémaillères par Benjamin et Emmanuelle. La couleur du chêne se marie parfaitement avec la teinte T2023-4 Royaume de chez Tollens.

Le zizi

On y trouve des livres bien sûr mais aussi d’autres objets intéressants comme le vase rose du designer italien Ettore Sottsass.

Le fauteuil jaune

Benjamin, notre serial chineur, confortablement installé dans un fauteuil Pumpkin du designer français Pierre Paulin édité par Ligne Roset. Au dessus, un porte-magazine édité par le label hollandais Puhlmann.

Le canapé bleu

Ici c’est la partie seventies de l’appartement. Le canapé bleu a été acheté dans une brocante et entièrement refait par les mains expertes de l’équipe de Du Chic et Du Retro. On peut y lire éclairé par le lampadaire Panthella édité par Louis Poulsen. Mais la pièce la plus surprenante est sans aucun doute le Juju Hat accroché au mur. C’est un chapeau de cérémonie camerounais !

Une table basse avec un petit côté James Bond ! Dans le design mais aussi dans la fonctionnalité avec son mini bar caché ! Bravo agent Q ! C’est une pièce du designer Willy Rizzo pour Roche Bobois.
La table

L’espace consacré aux repas ! Une table ronde sur le thème du design ! Avec autour de la table Tulipe du designer Eero Saarinen éditée par Knoll, la chaise Bold éditée par Moustache, une chaise du designer français Pierre Guariche et la fameuse Marcel Breuer.

La vue vers la chambre

La vue vers la chambre, depuis le salon.

La chambre

La chambre, étroite et orientée plein Nord. Un cocon frais, idéal pour un bon sommeil.

La cheminée dans la chambre

Tous les espaces sont aménagés avec soin, comme le dessus de cette cheminée sur laquelle trône une lampe Jiéldé originale.

La vue vers le salon

La vue depuis la fenêtre permet de découvrir un bel assemblage : le bureau CM172 de Pierre Paulin avec une chaise conférence de Eero Saarinen re-tapissée avec du tissus Kvadrat.

Le petit bureau

Posée sur l’étagère métallique, une lampe « Miss Pac » dessinée par Alvin Bagni pour Habitat, achetée par Benjamin dans un de ses repaires fétiches des Puces de Saint Ouen, la boutique Remix Gallery !

Le lit

Le vert apaisant du mur derrière le lit est la teinte vert Cépage T 2037-5 de chez Tollens. L’applique est d’inspiration Jean Prouvé et vient d’un atelier de ferronnerie près de Paris.

Le chevet

On peut jouer avec mais pas s’y suspendre ! dit l’adage belge. Apparement, ce petit singe n’en a cure !

La salle de bain

La fantaisie s’est glissée jusque dans la salle de bain avec ces petites figurines Walt Disney vintage !

Photographies : Fabienne Delafraye
Texte : Grégoire