Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Haut en gammes, un dernier étage de 62 m² avec piano à queue

Un intérieur pensé autour de l'instrument de travail de son propriétaire !Toute recherche d'appartement répond généralement à un cahier des charges avec plusieurs critères : surface, nombre de pièces, étage, luminosité, etc. Lawrence n'en avait qu'un seul. Pas compliqué, Lawrence. "L'appartement doit pouvoir accueillir un piano à queue" ! (Un piano à demi-queue pour être précis...). Par conséquent, ça ne simplifiait pas vraiment l'affaire. Mais Lawrence, jeune pianiste concertiste franco-américain n'allait pas transiger. Le piano d'abord.

L'appartement de 62 m²  que nous allons découvrir est le second qu'il visite pendant sa recherche. Rue calme dans un quartier vivant, dernier étage d'un immeuble des années 30, grande pièce à vivre, lumineux. Tous ces éléments sont très appréciables mais, vous l'avez compris, le plus important se situe ailleurs. Comme dans la largeur du couloir d'entrée de l'appartement, les dimensions de la cage d'escalier ou la taille du hall de l'immeuble. Des critères qui permettent au piano de monter au sixième étage, passer la porte et s'installer confortablement dans le séjour. Ouf !

Avec l'aide de son architecte, David Granger, de l'agence Avous, Lawrence restructure légèrement l'espace. La cloison entre le séjour et la cuisine est abattue et la suppression d'une conduite de gaz permet de récupérer de l'espace dans le couloir de l'entrée. La décoration, simple et minimale, s'organise autour des deux pièces maîtresses de la maison : le piano demi-queue, noir laqué et un grand canapé Ploum rouge framboise. Un dialogue de formes que nous vous proposons de découvrir ici ! Bonne visite !

 

Le groom est parti depuis longtemps, mais l’ambiance “Années Trente” est toujours là dans cette cage d’escalier en bois clair.
L'entrée

Le couloir d’entrée de l’appartement avec des patères Muuto qui servent de vestiaire dès le seuil de la porte. La bibliothèque, constituée de niches asymétriques, rend l’espace plus amusant, musical ; des notes sur une portée.

Le salon

Le salon de concert ! Avec le piano et le grand canapé Ploum dessiné par les frères Bouroullec.

Le fauteuil

Des coussins Adjamée rajoutent une touche de couleur et une dose de fantaisie sur la laine grise du fauteuil.

Le canapé

La bibliothèque occupe toute la longueur du mur. Les livres ont migré petit à petit de ses rayonnages à la mémoire de la liseuse électronique de Lawrence, donnant à l’espace libéré une vocation plus “déco”.

La verrière

Le séjour était auparavant séparé du couloir de l’entrée par une porte-fenêtre. Elle a été remplacée par cette grande verrière d’atelier qui coulisse sur un rail. Cela contribue à moderniser l’espace.

La cuisine

La vue vers la cuisine et l’espace chambre avec la salle de bain à droite.

Le piano

On dévale les escaliers de Montmartre comme une descente de gammes !

Les plans de travail

La cuisine est composée de modules Ikea complétés de poignées Superfront.

L'évier

Un plan de travail…minimaliste ! En Corian blanc, facile d’entretien.

La lampe
La table

Sur la table des repas, la corbeille à fruits “La Stanza dello Scirocco” d’Alessi.

Le lit

Un coup d’oeil dans la chambre du musicien : le jeté de lit en lin blanc est ré-haussé de deux gros coussins Adjamée.

La vue vers la salle de bain

En bout de lit, une simple console en bois de chez VidaXL avec une jolie lampe achetée au Rocketship. En face de la chambre, l’accès à la salle de bain.

Le chien de Jeff Koons

Vortex artistique ! (Ce n’est pas l’original 🙂 )

Photographies : Fabienne Delafraye
Texte : Grégoire