Sloft MagazineLa Sélection SloftSloft ProjetsSloft StudioContact
Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Raffinement bibliophile dans 51 m² à Colombes

L'appartement d'Adrien et Grégory, les fondateurs d'Atelier Marius C’est en décorant qu’on devient décorateur. Cette transposition du célèbre adage s’applique très bien à la démarche d’Adrien & Grégory, le couple fondateur d’Atelier Marius. Tout commence il y a quelques années, quand Adrien emménage chez Grégory dans son appartement de Colombes. Il travaille à la célèbre librairie Taschen de la rue de Buci, prisée des professionnels de l’image. Il débarque chez son compagnon avec une immense collection de livres. Comme ils prennent beaucoup de place et que la ville lui plaît, ils achètent ensemble un trois-pièces dans une zone pavillonnaire pleine de charme avec ses maisons du XIXème et du début du XXème siècle. L’appartement est situé en haut de l'un des rares immeubles du quartier. Traversant, il leur offre une vue sans aucun vis-à-vis sur un coin de ville qui se transforme en parc aux beaux jours. Tous deux ont une fibre créative et ils sont passionnés d’architecture et de décoration. Plutôt que de demander de l’aide à des professionnels, ils prennent le risque d’utiliser leur appartement comme un terrain de jeu pour se faire la main. Quand nous leur rendons visite, l’appartement en est à sa 3ème mouture. Comme dit Grégory « Quand on fait les choses soi-même, on met plus facilement en œuvre ses nouvelles inspirations ». Dès leur arrivée, ils ouvrent l’appartement en créant un grand double-séjour car ils adorent recevoir. Ils revoient aussi la circulation en la rendant plus efficiente. Dans cette nouvelle version, Adrien et Grégory ont décliné des codes pour créer une continuité douce : différents degrés de vert dans les pièces, des touches de laiton et des meubles dans des teintes sombres. Sans oublier la pièce maîtresse : la magnifique bibliothèque sur-mesure dessinée par Grégory pour accueillir la collection de livres d’Adrien.

Les amis qu’ils reçoivent après le premier confinement sont séduits et les poussent à faire quelque chose de leur réalisation. C’est le déclic. Ils décident d’ouvrir leur agence et la baptisent du nom de leur adorable Beagle, Marius, le roi de l’appartement. Ils viennent d’ailleurs de livrer un duplex de 70 m² dans le 18ème à Paris.

La période actuelle pousse chacun à réfléchir à ses aspirations profondes. Adrien et Grégory semblent avoir pris un peu d’avance. Et si leur passion de couple devenait leur nouveau métier ?

Une fois n’est pas coutume, le hall de l’immeuble des années 1930 semble très actuel. Les copropriétaires ont demandé à Adrien et Grégory de le remettre au goût du jour. De l’avantage d’avoir des décorateurs dans une copro !

Nous voici devant la porte d’entrée. On notera le traitement du palier avec sa console recouverte de plantes vertes. Pour donner de la vie aux espaces de circulation, comme dans une grande maison.

Nous voici dans l’entrée, traitée comme une boîte noire avec des murs gris anthracite. L’idée est de créer un sas intime qui immerge les visiteurs dans l’ambiance de l’appartement. Une ambiance pleine de surprises comme le montrent les portes du dressing habillées d’un magnifique tissu tapissier haut en couleurs. Le dressing a été judicieusement installé dans le volume du couloir.

Sur notre droite, la cuisine. Le sol a été recouvert de carreaux de ciment, en vogue dans les cuisines des années 1930. Aucun meuble haut, mais une discrète étagère filante. L’idée est d’alléger la vue depuis le salon quand la porte est ouverte. Plutôt qu’une cuisine, on a l’impression de voir un buffet bas plaqué contre un mur.

L’atmosphère de la cuisine nous évoque la campagne. D’ailleurs, quand on regarde par la fenêtre, on a vue sur les frondaisons de ce quartier très résidentiel. Avez vous remarqué le rappel entre la trame du verre armé de la porte et celle des rideaux de la cuisine ? Campagne oui, mais sophistiqué !

La vue vers le séjour.

Nous voici dans la salle à manger. L’effet « buffet » des meubles bas de la cuisine fonctionne très bien. La présence de cette pièce « technique » est donc amortie. On remarque la très belle cimaise ancienne peinte dans la masse du mur.

La table de la salle à manger avec son jeu de chaises en rotin et en métal noir. Au bout, la vue dégagée sur les toits.

Nous passons du côté salon. Entre les deux espaces du séjour, un impressionnant miroir Louis-Philippe, peint en noir. Il crée un effet de profondeur dans la largeur de la pièce. Il est surmonté par l’applique Smile par Jordi Busquets.

Le canapé de chez Habitat, avec la salle à manger dans le prolongement. Sur le cheminée, un petit miroir Louis-Philippe, dont le cadre, peint dans une couleur terre, est le seul vestige de l’ancienne teinte du mur de la pièce.

On remarque la belle composition de pommes de pain en poterie sur le plateau de la cheminée.

Au dessus de la table à manger, une très belle applique déportée de la designer Celine Wright toute en légèreté. Son travail a tapé dans l’oeil d’Adrien qui l’a repérée dans un petit restaurant du quartier de la librairie Taschen dans le 6ème arrondissement de Paris. Avec sa structure en laiton, son cordon noir et son globe en papier légèrement crème, elle diffuse une douce lumière sur les repas.

Focus sur la très belle toile au dessus du buffet. Achetée en Afrique par le couple et encadrée dans une caisse américaine, elle apporte l’élégance et le dynamisme de son graphisme à la pièce.

Demi tour vers le salon dans son ensemble. Nous découvrons sa pièce maîtresse, l’impressionnante bibliothèque suspendue dessinée par Grégory et sa collection de beaux-livres. Un véritable challenge de designer. Avec sa taille et l’importance de la collection qu’elle accueille, elle évite l’aspect massif. Grégory a voulu créer une impression de meuble haut et de meuble bas séparés par un espace d’exposition. Tous les montants verticaux des rayonnages ont été retirés pour accentuer l’impression de légèreté. Un défi relevé par les menuisiers « Les Alpinistes » à Clichy. Ils ont parfaitement respecté le dessin original, conçu pour accueillir des livres hors normes. Afin que l’ensemble tienne, chaque étagère est constituée de plusieurs éléments imbriqués. Ils répartissent les charges tout en conservant la linéarité. L’ensemble a été peint par Adrien et Grégory.

Cette bibliothèque est vivante mais elle ne bouge pas d’un pouce après 10 mois de pleine charge ! Elle évolue au gré des arrivées de livres d’Adrien. Lui même est consulté par des décorateurs et des particuliers pour son expertise en « staging » de bibliothèques. Il lui arrive même de créer des sélections de livres selon la couleur de leurs tranches pour un effet dès plus graphiques !

Focus sur les éléments de rangement bas, réalisés au millimètre, pour accueillir les livres collectors de la collection.

Derrière la table basse, sous la fenêtre, un beau fauteuil chiné d’inspiration scandinave.

Focus sur la table basse Strobile de chez AM.PM.

Accessoire indispensable à toute bibliothèque qui se respecte, l’échelle. À moins qu’elle serve aux peintres ! Car Grégory et Adrien nous ont confessé que le superbe meuble allait peut-être changer de couleur. En attendant que son affectation se précise, l’échelle sert de structure déco. Dans son prolongement, le passage vers la chambre dans le morceau de couloir condamné, astucieusement aménagé en espace bureau.

Focus sur l’espace bureau, devenu indispensable avec l’avènement du télétravail. À son aspect pratique s’ajoute une vertu esthétique. Il évite la présence d’un matériel informatique dans une pièce de vie. On remarque le mur décoré à la façon d’un cabinet de curiosités.

Tandis que Marius nous conduit vers la salle de bains, nous remarquons le célèbre papier peint Hicks Hexagon de chez Cole and Son, dont les tons noir et or s’accordent parfaitement avec la direction artistique de l’appartement.

Sobre et élégante avec sa robinetterie noire et son carrelage intégral en petits carreaux, la salle de bains bénéficie aussi de la lumière du jour grâce à une ouverture dans le mur pignon.

Passons à la chambre avec son agréable vue sur les toits.

Depuis le lit, Marius attire notre attention sur la belle perspective qui court jusqu’au salon. On remarque aussi les rideaux bicolores qui ferment le dressing.

Le lit est encadré de rideaux signés Atelier Marius qui masquent le dressing et bordent la fenêtre. Avec les chutes de tissu, Adrien a réalisé des coussins qui achèvent de donner une belle cohérence à l’ensemble. La tête de lit, en board and batten, se fond dans la masse du mur peint avec la teinte Pigeon de chez Farrow and Ball.

Focus sur le chevet Mambo par AM.PM avec son adorable lampe Vhady de chez Sklum.

Nous jetons un coup d’oeil aux toilettes parce qu’elles le méritent avec leur soubassement en board and batten et aussi la mini armoire suspendue délicieusement vintage !

Nous terminons par la cour intérieure de l’immeuble qui a aussi bénéficié de l’intervention d’Adrien et Grégory avec la bénédiction et l’aide active des co-propriétaires. À la faveur du premier confinement elle a été aménagée en véritable espace de vie. Désormais, quand il fait beau, il n’est pas rare que des habitants en télétravail s’y retrouvent avec leurs plateaux pour le déjeuner. Ou en rentrant du travail pour l’apéritif. Grégory et Adrien le constatent, à défaut d’avoir une sociabilité habituelle, la communauté des voisins joue à plein et réussit à compenser le manque de lien du moment. D’ailleurs, avec le retour des beaux jours, ils ont tous déjà prévu de poursuivre le travail de végétalisation. Et il y aurait quelques anniversaires en préparation. Mais chut, c’est une surprise !

Avant de repartir, nous saluons de gauche à droite Adrien, Marius et Grégory, les talentueux créateurs d’Atelier Marius et heureux occupants de l’appartement que nous venons de visiter !

Colombes mode d’emploi / les recommandations locales de Grégory et Adrien :
 
Pour les fans de déco :
 
PAVILLON LEROUX, (pavillonleroux.com) Atelier de mosaïques mené par Corentin, un jeune créateur de talent et ami. Son atelier est basé dans la maison familiale rue Guerlain, où il fait bon se promener pour les jolies demeures du debut du siècle. Il officie sur des pas de portes 1900, projets d’enseignes pour des boutiques et restos branchés dans Paris et désormais à Marseille.
 
DU BAZAR DANS MA MAISON, (dubazardansmamaison.com) Atelier de restauration et vente de pièces de mobilier des années 30 à 50 retapées et stylisées par Émilie, une jeune femme pétillante et ultra douée de ses mains. On aurait envie de tout acheter, mais il n’y a plus assez de place à la maison 😉
 
Pour les fins palais :
 
Le MARCHÉ MARCEAU, le samedi matin, pour les fleurs et les fruits de mer à déguster.
 
DAVID HAES, (davidhaes.fr), excellent artisan chocolatier, près de l’église, à se damner.
 
STÉPHANE GLACIER (stephaneglacier.com), excellent pâtissier, meilleur ouvrier de France, un délice.
 
Le BISTRO DE PARIS, (www.bistrodeparis.fr), le petit resto parisien sans sortir de Colombes, ambiance feutrée et carte bistro soignée. On a hâte de le retrouver !
 
LOCAL BEAR (localbear.fr), tout simplement le meilleur burger du 92, sur place ou en livraison. Un excellent remontant.

Photographies : Fabienne Delafraye, www.fabiennedelafraye.com
Texte : Jean

Réalisation : Atelier Marius, https://www.ateliermarius.com/