Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Coup de foudre à Belleville Hills ! Un 50 m² entièrement refait à neuf.

un architecte réveille une surface endormie.Quand Paolo se met en quête de son premier appartement, le cahier des charges est simple : moderne, lumineux et avec du potentiel.

Le coup de foudre a lieu sur les hauteurs de Belleville. Moderne : l'immeuble date de 1974. Lumineux : de grandes baies vitrées qui donnent sur un balcon filant. Avec du potentiel : l'appartement n'a pas bougé depuis sa construction, il y a 44 ans ! Paolo, architecte de métier, préfère partir d'une page (presque) blanche. Pour y voir plus clair, il abat toutes les cloisons et ne garde que les murs porteurs. L'avantage de la construction "moderne", en plan libre, c'est qu'il n'y a pas de mauvaises surprises. Pas de poutres pourries ou de sols à ragréer. La suppression des cloisons fait apparaître le plateau d'origine sur lequel la nouvelle distribution prend rapidement forme. Désormais, on entre directement dans un grand séjour qui rassemble le salon, la cuisine et la salle à manger. Cette grande pièce est illuminée par de larges fenêtres. L'accès à la chambre et à la salle de bain se fait au moyen d'un couloir éclairé par la lumière du jour grâce à une verrière faisant office de cloison.

Le tour de force de Paolo est d'avoir transformé un appartement des années soixante-dix en un intérieur moderne, aux accents seventies ! Une réactualisation en finesse grâce à une habile association de matières et de mobilier vintage et contemporain. Ici, c'est "coup de foudre à Belleville Hills"

On vous montre comment. Bonne visite !

L'entrée

Chez Paolo, on rentre tout de suite dans le vif du sujet ! Accès direct dans le séjour le long d’une cloison en bois qui camoufle élégamment la buanderie.

Le bout de canapé

La cloison en bois se prolonge le long du mur pour un effet de continuité douce et galbée. Véritable élément d’architecture, elle contribue de façon notable à l’ambiance seventies du salon.

Le canapé d'angle

Le canapé en angle a été dessiné par le maître des lieux. Il fait salon avec deux chaises en osier et une table basse, toutes chinées.

Le canapé deux places

Le bout de canapé renferme un coffre qui s’ouvre par le dessus. Rangement pratique ou cachette secrète.

La cuisine

La cuisine est faite en chêne et les tablettes en laque noir mat qui courent le long du mur sont toutes amovibles afin de s’adapter aux objets qu’elles hébergent.

Les étagères de la cuisine

Le comptoir et la crédence sont en marbre noir avec un liseré orange. La touche seventies n’est jamais bien loin !

La table des repas

Ambiance vintage : on prend ses repas sur une table Jean Prouvé dont le design date des années cinquante, assis sur des chaises Plia de chez Castelli dessinées en 1967 et éclairé par une suspension Multi-Lite dont le design date de 1972 !

Le balcon

Sur ce balcon pas de couverture en zinc mais en mosaïque. On reconnait les fameux petits carreaux, véritables marque de fabrique de la construction des années soixante-dix !

Une verrière bien différente de celles qu’on a l’habitude de voir en ce moment. Les profils en bois ont été dessinés par Paolo et le verre opaque s’inspire de celui que l’on pouvait retrouver dans les salles de bains italiennes des années soixante.
Les étagères dans la chambre

Derrière la verrière se cache un petit espace bureau. Les battants de ce double meuble se déplient et le transforment en secrétaire.

La tête de lit

Pas de place pour des tables de chevet dans cette chambre étroite. Elles sont remplacées par une tête de lit équipée de prises électriques. Détail : les poignées de porte ont été récupérées dans l’ancien appartement. Elles datent donc de 1974.

La bibliothèque dans la chambre

La niche déjà présente dans le mur porteur a été structurée par des étagères afin d’en faire une bibliothèque.

La salle de bain

Du carrelage partout pour faire “comme une grotte” (une allusion aux villas italiennes de la renaissance ?). C’est ce qu’on appelle une salle de bain minérale !

La douche

La niche de la grotte.

Dans le prolongement de la salle de bain, le dressing. Pratique pour la routine matinale.

Photographies : Fabienne Delafraye
Texte : Grégoire

Réalisation : Paolo Remogna