Sloft MagazineLa Sélection SloftSloft ProjetsSloft StudioContact
Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Charme en enfilade dans 45 m²

L'appartement tout en finesse de Julie et Félix Julie a démarré son cursus à l'École Nationale Supérieure d'Architecture et de Paysage de Bordeaux et les a poursuivies lors d'un échange Erasmus à Delft aux Pays-Bas. Après avoir fourbi ses premières armes dans une grande agence à Rotterdam, elle rejoint d'abord BRUTHER en 2014 puis R Architecture à Paris en 2015. C'est le début d'une collaboration d'abord informelle avec l'architecte Iana Vicq, qui aboutit finalement à la création du Kitchen Debate Studio. C'est à ce moment là que Julie et son compagnon Felix se mettent à la recherche d'un nouvel appartement. Leurs critères sont précis et ambitieux : un quartier, Saint-Bernard dans le XVIIIème arrondissement de Paris et un état : tout à refaire. La réponse se cache derrière une annonce immobilière sans photo... La visite séduit le jeune couple et propose immédiatement une offre. La suite est rapide : offre acceptée, promesse signée et clés remises. Une acquisition rondement menée. Cet appartement sera le premier projet complet de l'agence Kitchen Debate Studio.

Les 45 m² sont complètement transformés avec les difficultés classiques d'un chantier parisien : conduits de cheminées qui surgissent de manière imprévue ou poutrelles métalliques mystérieuses... Quatre mois de travaux sont nécessaires pour aboutir à un résultat qui ne ressemble à aucune autre de nos Visites Guidées. Cette surface compacte accueille la distribution d'un appartement qui pourrait être trois fois plus grand ! Il y a ici une cuisine, une salle de bains et trois pièces bien distinctes, leur chambre, la salle à manger et le salon, avec chacune une fenêtre qui donne sur la rue calme en contrebas. Cette distribution permet à Julie et Felix de recevoir des amis pour dîner ou pour quelques jours, le salon se transformant aisément en chambre d'appoint.

C'était un des partis pris phares de l'opération : conserver la distribution initiale en la valorisant. Tous les attributs de l'écriture architecturale du XIXème siècle ont été gardés et soigneusement mis en valeur. Et Julie vous le dira : l'impression d'espace naît de l'addition de volumes ayant chacun une personnalité bien définie. La tentation aurait été d'abattre les cloisons et de créer un grand mono espace "pièce à vivre, cuisine". Mais non. Dans son appartement, on circule d'une pièce à l'autre, et on évolue dans 6 volumes différents ! Un château.

Chaque espace a donc été minutieusement pensé et les recoins parfaitement optimisés grâce aux bonnes idées du duo d'architectes. Les maîtres des lieux sont des passionnés de design des années 60 à 80 et cela se ressent grâce aux pièces chinées qui côtoient du mobilier plus moderne.

Nous sommes ici dans un appartement contemporain qui ne cède rien à la tendance actuelle du tout ouvert et nous plonge dans une atmosphère délicieusement enveloppante & vintage.

Julie et Felix se sont installés dans le quartier calme de l’Église Saint-Bernard, dans le XVIIIème arrondissement de Paris.

La cage d’escalier est étonnante avec ses larges paliers aux sols recouverts de mosaïques. Cela fait partie des surprises des anciens immeubles. Chaque architecte leur a donné sa touche tout en respectant le gabarit Haussmannien.

L’entrée de l’appartement, pensée comme une antichambre, est peinte en Hague Blue de chez Farrow & Ball. Elle est éclairée par une applique Cone and Sphere par Atelier Areti. À gauche, avec ses carreaux de faïence blancs, la cuisine.

La cuisine, en modules IKEA, donne sur une courette arborée. Les carreaux blancs apportent une ambiance quasi clinique qui rappelle une paillasse de laboratoire. Justement, Felix est prof de bio, c’est peut être lui qui cuisine ici ? Ou s’occupe de la préparation des plats ? (le terme est plus approprié !)

Gros plan sur le moulin à poivre par Ettore Sottsass pour Alessi. Une très bel exemple de l’adaptation du style Memphis aux arts ménagers.

Sur le plan de travail, sous la trappe en inox, des prises électriques escamotables. En arrière-plan, la vue sur la courette.

La vue depuis l’entrée vers les pièces de vie, avec en face la salle à manger et à gauche la chambre. La porte à droite après la cuisine donne dans la salle de bains.

La salle de bains a été pensée dans le même esprit que la cuisine. Une des poutrelles découvertes pendant le chantier la traverse dans le sens de la largeur. Elle délimite désormais la douche.

Sur le rebord de la salle de bain, un objet sentimental et vintage ! La radio du grand père de Julie.

Nous voici dans la chambre de Julie et Felix avec un grand dressing mural qui associe des modules IKEA à des menuiseries sur mesure.

Chacune des trois pièces a sa propre suspension Junit par la marque allemande Schneid.

Demi-tour et vue sur la porte d’entrée de la chambre et la cheminée d’origine en marbre.

L’éclairage de chevet est assuré par un lampadaire Artemide des années 80 chiné sur leboncoin et ré-électrifié.

En 2020 les cheminées des appartements haussmanniens servent moins à se chauffer qu’à exposer de jolis objets, comme cette linogravure “Aurore florale 1” éditée à seulement 50 exemplaires par l’artiste Sonia Poli.

Gros plan sur le radiateur électrique développé spécialement par Kitchen Debate Studio avec un artisan lyonnais dont l’esthétique rappelle les gros calorifère industriels. Le diamètre du tube et les position des ailettes ont été pensés afin d’obtenir le meilleur rendement thermique et le fil d’alimentation est particulièrement camouflé.

Demi-tour et vue sur les trois pièces en enfilade, la chambre, la salle à manger et au fond le salon. On se croirait dans un hotel particulier du XVIIIème siècle ! On remarquera les doubles portes réalisées sur mesure par l’architecte. Et plus globalement le respect de l’écriture décorative d’origine.

On retrouve dans la salle à manger le même radiateur industriel à ailettes conçu par l’architecte.

La salle à manger dans la largeur avec, au fond, l’entrée. À droite de la porte, on distingue une découpe dans le mur qui est en fait un petit placard caché. Sur la table, un vase en céramique Coral de Michel Fargo pour PCM Design et une bouteille de bière transformée en soliflore grâce au Beer & Add’on dessiné par AEquo Design.

La table est signée par le designer français Pierre Guariche et les chaises par Pagholz & Galvanitas, modèle S22.

La deuxième suspension de la collection Junit par Schneid, modèle Record.

La salle à manger dans la longueur avec, à droite, un lampadaire Terra Sintesi par Ernesto Gismondi pour Artemide. La banquette a été réalisée sur mesure et fait également office de coffre s’ouvrant par le dessus. Avec son assise en velours, elle donne un petit côté “brasserie” à l’ensemble. À gauche, la porte qui donne sur le salon.

Les doubles portes sur mesure s’inscrivent parfaitement dans les codes de l’appartement.

Le salon dans la longueur. Une partie des conduits de cheminées occupant ce pan de mur ont pu être condamnés, permettant ainsi d’installer dans la place gagnée la bibliothèque. À droite, le canapé qui peut aisément se transformer en lit, faisant ainsi du salon une chambre d’appoint.

La deuxième suspension de la collection Junit par Schneid, modèle Crescent.

La vue vers la fenêtre et sur le fauteuil vintage Avarte par Yrjö Kukkapuro.

Gros plan sur la platine vinyle et sur la bibliothèque installée dans la place laissée par les anciens conduits de cheminées. Livres, disques, magazines. Une vraie médiathèque ! De quoi occuper les longues soirées d’hiver à venir !

Un empilement ludique de tasses donuts par l’artiste Pia Chevalier.

Un presse papier chiné sur un marché aux puces en Ardèche.

Le Bougeoir – Serre-livre “Fabrique” de AEquo Design est posé sur l’étagère principale. Conçu pour rappeler le patrimoine industriel roubaisien, il est aussi utile que poétique.

Gros plan sur le Bougeoir – Serre-livre Fabrique de AEquo Design.

Posées sur la table basse en travertin chinée, deux bouteilles en verre transformées en soliflores grâce au système Beer & Add’on dessiné par AEquo Design.

Les trois fenêtres de l’appartement donnent sur une voie calme…

… et sur une impressionnante vigne vierge qui apporte un foisonnement naturel bienvenu à la rue et à la vue !

Bonus : pour en voir un peu plus de cette réalisation de Julie Pommier !

Photographies : Aurélien Bacquet
Texte : Grégoire et Jean

Réalisation : Julie Pommier