Sloft MagazineLa Sélection SloftSloft ProjetsSloft StudioContact
Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Avant-garde et confort dans 50 m² en Haute-Savoie

La réactualisation d'un appartement des années 70 à Flaine. 1969, la station “Flaine” en Haute-Savoie et ses premiers bâtiments prennent vie. Une station atypique et surtout… avant-gardiste ! Un homme pour la construire : le maître du Bauhaus, Marcel Breuer. L’architecte a des idées précises pour la station qu’il doit imaginer de A à Z. Le projet respectera la nature dans la dynamique de construction. Mais aussi dans son esthétique. Pas de bois pour créer des chalets. Mais du béton, matériau à la fois moderne et pratique. Qui fond les bâtiments dans le décor, et rappelle le caractère minéral de la montagne. Une vision presque utopique à l'époque, subordonnant la rentabilité immédiate du projet a des impératifs qualitatifs, qui retrouve toute son actualité aujourd'hui. La station est d'ailleurs en partie classée aux Monuments Historiques.

Nous voilà donc arrivés à la station, à 1600 m d’altitude. Nous ne croisons pas de voitures, le centre est réservé aux piétons. Direction la résidence Cassiopée où la visite d’un délicieux appartement de 50 m² nous attend. Pour s’occuper de sa réhabilitation, les propriétaires ont choisi l’agence Volta, créée par l’architecte Agathe Lavaud en 2016. L’agence s’est faite une spécialité dans les projets mêlant tradition et contemporanéité. Sans oublier le souci du détail ! Une vision qui s’incarne dans l’appartement où nous vous emmenons aujourd’hui. Élégant et confortable, il actualise l’esprit Bauhaus d’origine en le complétant de pièces vintage ou contemporaines. Le résultat est parfaitement équilibré. Modernisé et plus confortable, il nous replonge en douceur quelques décennies en arrière !

Bonne visite !

Bienvenue à Flaine avec son impressionnante architecture brutaliste. Ici le mythique immeuble Le Flaine, résume bien l’esprit de la station : osé, avant gardiste et intégré. Ce bâtiment accueille aujourd’hui un très bel hôtel. Mais continuons un peu plus loin vers la résidence Cassiopée.

Nous croisons l’un des trois ascenseurs rouge vif emblématiques de Flaine. Ils permettent de relier entre eux les différents niveaux de la station sans voiture.

Nous découvrons la façade arrière de l’impressionnante résidence Cassiopée. Nous sommes presque arrivés.

Après quelques pas dans la neige, nous franchissons un petit couloir d’entrée… et nous voici dans le séjour. Au sol, pour nous accueillir et nous réchauffer, une confortable moquette gris perle. On apprécie immédiatement la luminosité qui baigne la pièce.

Jetez un coup d’oeil à l’extérieur : la station Flaine est un musée à ciel ouvert… et ce, même depuis l’intérieur des appartements ! Reconnaissez-vous la “chapelle œucuménique” en arrière plan ? C’est le seul bâtiment imaginé par Marcel Breuer qui évite la ligne droite dans la station !

Pour sublimer la structure de l’appartement : du blanc pour les murs et le revêtement de la structure béton des planchers hauts. Pour dynamiser l’espace, on a choisi d’habiller le mobilier de couleur. Jaune moutarde pour le rideau et bleu roi pour le canapé. Des couleurs intenses qui rappellent l’ambiance 70 originelle de la station.

Zoom sur la table en verre. Qui amène une touche minérale à la composition, comme une plaque de glace. Après une longue session de ski (… ou plutôt de luge cette année !) on se prépare un bon thé chaud et on lit un livre, ou un bon magazine.

Demi-tour face à la fenêtre vers le mur de droite. À côté d’un buffet ambiance Pierre Paulin, le mythique fauteuil Barcelona de chez Knoll. Le mobilier Paulin et Knoll étaient présents dans les hôtels de la station à l’ouverture. Un superbe clin d’oeil ! Au mur, on retrouve les mêmes appliques chinées que celles au dessus du canapé, avec leur bel esprit 70. On remarque un module de rangement miroir: discrète démultiplication de l’espace et de la vue !

Focus sur l’enfilade chinée sur Pamono.

Vue globale du séjour. On aime l’efficace délimitation des espaces par le choix des matériaux au sol. Dans le coin salle à manger/cuisine, plus de moquette. Mais un beau carrelage gris anthracite. Jeu de lignes au plafond avec des rails de spots, pour souligner le relief blanc. À la fois rétro et très actuel !

On passe maintenant à la cuisine ouverte sur le séjour. Celle-ci est sobre et étonnamment spacieuse pour un appartement de sports d’hiver. Elle est aussi très fonctionnelle avec des meubles de rangement en batterie. On aime la crédence minérale en terrazzo Mosaic Factory qui joue les complémentaires avec les dalles et la moquette du sol.

Zoom sur l’évier encastré. On a choisi un beau plan de travail bois. Pour ramener un peu de ce matériau inséparable de la montagne.

Tournons-nous vers le coin salle à manger.

On aime le choix de la banquette. Très typique des appartements au ski, cette version revisitée offre en plus du rangement avec des tiroirs intégrés. On a pimpé l’assise et le dossier avec un tissu à motifs aux notes sixties. Un mélange de notes chaudes et de bleu réussi avec le choix d’une paire de chaises réédition Marcel Breuer en tissu Caravane.

Focus sur une des deux appliques murales au dessus de la table des repas. Les appliques ont été chinées également sur Pamono.

On passe à la chambre. Encore du blanc pour les murs. Comme dans le séjour, on a gardé les huisseries d’origine en bois sombre, pour réchauffer la pièce ! On admire à nouveau l’apaisante vue sur l’extérieur. Quel plaisir d’être au chaud et de contempler la neige qui tombe !

Dans la chambre aussi, on a choisi du mobilier vintage. Surtout pour la tête de lit avec ses tables de chevets encastrées : très sixties et seventies. On ne s’en lasse pas !

Pour la rénovation du placard d’origine, du blanc.

Zoom sur les appliques de la chambre, chinées également, avec leur look rétro-futuriste qui s’applique parfaitement à la station justement.

On finit par la salle de bains. Compacte mais toujours fonctionnelle, elle a été remise au goût du jour sans trahir l’ambiance initiale. Pour gagner de l’espace, on a choisi une porte coulissante.

Dans la douche, on a repris les mêmes carreaux en terrazzo que ceux de la crédence dans la cuisine ! On aime le jeu de cohérence dans l’appartement, présent jusque dans le détail du carrelage. Les robinetteries noir mat de chez Ondyna apportent une touche d’élégance.

Zoom sur l’étagère sur mesure en bois.

Il est temps de repartir. Nous croisons sur le chemin de nombreux rochers enneigés qui nous rappellent le caractère très minéral de la station, qui a tant inspiré Marcel Breuer dans son dessin…

… comme on le constate au détour d’un chemin.

Un dernier coup d’oeil aux Trois Hexagones de Vasarely, qui est un hommage au Bauhaus dont la sculpture reprend le code des couleurs primaires.

Photographies : Arthur Fechoz, http://www.arthurfechoz.com/
Texte : Elise

Réalisation : Volta Architecture, https://volta-architecture.com/