S'inspirerRénoverAcheter/Vendre

À la recherche du Beau, du Pratique et du Durable

Marie Quéru nous dévoile l’Écologie d’IntérieurComment démarrer un projet de réaménagement ou de rénovation du bon pied ? En commençant par identifier nos aspirations profondes. C’est la philosophie de Marie Quéru, la fondatrice de l’Écologie d’Intérieur®, que nous avons rencontrée.

Si la finalité d’un projet de réaménagement ou de rénovation est bien de gagner en qualité de vie, nous oublions souvent de définir ce que ce “mieux” veut dire pour chacune et chacun d’entre nous. Loin des clichés ou des images toutes faites d'intérieurs singuliers, stylés et harmonieux véhiculés par la mode, il convient de comprendre quelles seront les dimensions à traiter pour que ce projet, au-delà d’une réussite esthétique, s’avère durablement compatible avec notre nature profonde.
salon sous les toits avec poutres apparentes
Trouver son style, plus facile à dire qu’à faire ?
 
Il existe une méthode imaginée par Marie Quéru, celle de l’Écologie d’Intérieur®. Et cela commence par “lire” les objets qui nous entourent, quitte à se séparer ensuite de ceux qui nous encombrent. Comme des boules de cristal, ils nous révèlent quelles sont les dimensions auxquelles nous sommes sensibles. Petite mise en jambe en 5 conseils pour découvrir les principes de base de l’Écologie d’Intérieur® et mieux vivre chez soi.

1. Se recentrer sur nos essentiels

 

La formule d’un intérieur qui nous correspond réside dans l’équilibre entre nos objets, nous et notre environnement. Marie Quéru explique qu’en se recentrant sur nos essentiels, nous allons enfin voir émerger notre style, comprendre nos vrais besoins (c’est éventuellement à ce stade que nous pouvons faire intervenir quelqu’un pour nous accompagner dans la conception ou la mise en œuvre) et nous libérer de tout ce qui n’a plus sa place dans notre intérieur.

 

Rien qu’en triant efficacement notre environnement nous allons faire bien plus que libérer de la place, ça vaut le coup d’essayer non ?

2. Percer le secret du vrai tri

 

Nous avons du mal à nous séparer d’objets car nous avons le sentiment qu’ils peuvent « toujours servir, on ne sait jamais », que notre morale nous l’interdit car « ce serait du gâchis » ou tout simplement car nous avons la flemme. Toutes ces pensées nous assaillent et rien que d’y penser, les bras nous en tombent.

 

Marie Quéru affirme que le problème vient principalement de notre cerveau qui, par essence, considère qu’un objet ne peut représenter qu’un avantage. Dans un monde hostile c’est vrai, chaque objet peut s’avérer crucial pour notre survie. Dans le monde de surabondance dans lequel nous vivons aujourd’hui cela n’a plus de sens. Mais notre cerveau ne le sait pas et continue à se comporter comme si nous vivions dans un monde hostile. Pour lui, c’est une question de vie ou de mort, raison pour laquelle il fait tout ce qu’il peut, via des pensées limitantes, pour nous encourager à ne pas trier…

 

Maintenant que nous le savons, il ne nous reste plus qu’à contourner ce comportement et nous y mettre avec confiance ! C’est le cœur du protocole de l’Écologie d’Intérieur®, un cycle en 5 étapes pour changer notre façon de posséder et combattre notre propension naturelle à tout garder…

 

Marie Quéru ne nous expose pas le protocole complet ici, mais nous confie son secret : si nous voulons nous délester du poids des objets qui nous plombent pour ne garder que ceux qui participent à notre épanouissement personnel, nous devons débrancher notre cerveau et nous fier aux réactions intuitives de notre corps. Dès que nous avons un doute sur un objet, c’est que notre cerveau fait tout pour nous le faire garder alors que nous savons pertinemment que nous n’en avons pas besoin ! En somme : dès qu’il y a un doute, c’est qu’il n’y a pas de doute…
Il va s’opérer une vraie prise de conscience qui changera durablement notre rapport à l’objet. Pour Marie, il faut faire confiance à l’Écologie d’Intérieur®, vous ne regretterez rien de ce que vous avez mis de côté.

3. Être réceptif à la révélation obtenue

 

Et après ? Qu’est-ce que tout cela va changer pour mon intérieur ?

 

D’abord, précise Marie Quéru, comme tous nos placards et tiroirs auront été vidés pour le tri, c’est l’occasion de repartir d’une page blanche et de revoir la façon dont nous allons maintenant réorganiser les choses. Parfois, de simples petites modifications, comme le retrait d’un meuble, peut avoir un énorme impact sur la perception de notre intérieur. C’est donc l’occasion d’exercer ce que Marie appelle « l’esprit d’ouverture » et de challenger ce que nous tenions pour acquis jusqu’alors.

 

Ensuite, en observant précisément le résultat de notre sélection, nous allons avoir une révélation sur ce que nous aimons et n’aimons pas (ou plus) et ainsi définir notre style. Les objets que nous avons choisi de conserver sont tous unis et de couleurs neutres ? Il y a fort à parier que nous devrions nous orienter vers une rénovation aux accents minimalistes ! A contrario, notre sélection regorge de petits objets ayant chacun une histoire et une patine, il faudra sûrement penser notre réaménagement vers un style plus buissonnant. Les objets qui nous entourent agissent comme un révélateur de nos choix et évolutions, regardons-les avec attention !

 

Enfin, nous attaquer à notre trop-plein nous montre que ce que nous vivions jusqu’alors était ce que Marie appelle une triple pollution : la pollution visuelle de nos espaces, mentale de nos esprits et environnementale induite par nos modes de vie. Après avoir appliqué le protocole de l’Écologie d’Intérieur® à nos objets, nous pouvons commencer à vivre notre vie selon 3 grands principes : le Beau, le Pratique et le Durable. Ces trois piliers permettent chacun de lutter contre une des formes de pollution citée et représentent ensemble un filtre puissant pour tous nos projets à venir. C’est la philosophie de vie de l’Écologie d’Intérieur® !

 

4. Aller à l’essentiel, en toutes choses

 

L’Écologie d’Intérieur® est une philosophie de vie de l’essentiel. Si à l’issue du protocole nous souhaitons nous lancer dans une rénovation ou un réaménagement, Marie conseille donc de se baser sur le « beau, pratique et durable » pour concevoir notre projet.

 

Cela veut dire que dans chaque dimension du projet (circulation dans l’espace, plans, matériaux, aménagements, décoration…), nous devrions prendre en compte ces aspects. La définition de ce qu’est le « beau, pratique et durable » peut être différent pour chacune et chacun d’entre nous, mais certains grands principes restent valables et adaptables à chaque sensibilité.

 

En voici quelques-uns : opter pour des lignes simples permettant au regard de progresser sans rencontrer d’obstacles, gommer tout ce qui est inutile et aller à l’essentiel, faire entrer la lumière naturelle au maximum, sélectionner des matériaux nobles comme le bois, le verre, le métal, privilégier les tons proches de la nature, créer un sentiment d’espace en ouvrant toujours plus et se projeter dans la fonctionnalité pratique de son espace.

5. Infuser la démarche dans tous les champs de notre vie

 

Les objets matériels comme immatériels, réclament de l’attention. Si nous avons le sentiment de perdre l’équilibre et de ne plus être totalement maîtres de nos vies, c’est parce que nous nous sommes laissés dépasser et avons commencé à accumuler les objets mais aussi les tâches, les responsabilités, les obligations et parfois même les souvenirs ou amitiés !

 

Une fois que nous avons intégré les principes de l’Écologie d’Intérieur® sur nos objets matériels, nous pourrons passer aux objets immatériels. Lorsque ne garder que l’essentiel devient un réflexe, nous pouvons le faire facilement sur les objets les plus difficiles comme les souvenirs lourds, les responsabilités qui ne nous épanouissent pas, les relations toxiques… Nous percevrons avec une acuité renforcée ce qui compte vraiment !

 

Si on en croit Marie Quéru, l’Écologie d’Intérieur® s’applique à tout, depuis la vie professionnelle, aux relations sociales et même à l’éducation des enfants. Ne gardons que l’essentiel et ce qui participe à notre épanouissement. Bref, vivons mieux avec moins.

Retrouvez la Visite Guidée Exclusive de l’appartement de Marie :

Photographies : Agathe Tissier
Texte : Jacques

Réalisation : Marie Quéru et Clémence Murat