Sloft MagazineLa Sélection SloftSloft ProjetsSloft StudioContact
Le magazine des intérieurs urbains inspirants de 15 à 70 m²

Dialogue de tours dans 38 m²

Un appartement comme un belvédère sur la ville. Si la tour Eiffel ne compte que trois étages, il faut monter au 26 ème de la Tour Mars qui lui fait face pour bien l’admirer. C'est le programme de notre nouvelle Visite Guidée. Grâce à la découverte d'une très belle réalisation de Nicolas Bossard, l'architecte fondateur de l'agence éponyme née en 2018.

Ses valeurs ? Créer des espaces qui enrichissent la vie de ses clients, et où se mêlent lumière, volumes et matières. La démarche de son agence se veut intemporelle et sculpturale. L'appartement que nous allons visiter l'illustre très bien. L’agence a pensé ce deux-pièces comme une suite d’hôtel perchée dotée des atouts d’un véritable appartement fonctionnel. Avec un séjour et une cuisine, une chambre séparée et sa salle de bains. La rénovation a été pensée tout en minimalisme et contemporanéité, en conservant l'écriture des années 70 originelle. Notamment l'armature en aluminium des baies vitrées, qui sont comme un vaste balcon pour contempler la ville. On ne vous en dit pas plus, car les images seront plus parlantes !

Passons la porte et faisons quelques pas dans ce petit couloir d’entrée créé par un module de rangements à gauche. Au sol, un beau carrelage en céramique gris perle nous mène vers la pièce à vivre. Au premier coup d’oeil, on devine une superbe vue en perspective !

De l’ombre à la lumière ! Nous voici dans le séjour. Ici, les plafonds ont été décaissés. Soulignés par des néons, ils apportent finesse et structure à la pièce de vie. Les murs de cette belle pièce en forme de L ont été laissés blancs. Pas d’artifices superflus. Ici, les larges fenêtres vitrées nous offrent une vue imprenable sur la tour Eiffel et la Seine. Elle devient l’élément principal du décor, comme un grand tableau.

Pour le coin salon, on a choisi un canapé Bo concept. Sa subtile couleur ocre-orangée, nous rappelle la robe de la Dame de Fer, en arrière plan. À droite, une console en marbre noir AM.PM.

Place à la cuisine. Celle-ci est compacte mais très fonctionnelle ! Toujours du blanc pour les modules de rangements et la crédence. Dans le prolongement, on aperçoit au dessus de l’entrée, un plafond décaissé qui apporte lumière et style !

Le détail qui fait tout dans le coin cuisine ? La crédence-miroir. Pour accentuer l’impression d’espace. Et pour ne pas perdre une miette de la skyline parisienne !

Zoom sur la table à manger. Il s’agit de l’intemporelle table Tulipe de chez Knoll avec son plateau en marbre. En arrière plan, la chambre.

Direction la chambre ! Pour séparer l’espace jour de l’espace nuit, une porte coulissante peut être tirée. On aime la corniche du plafond décaissé qui circule dans tout l’appartement en lui apportant dynamisme et fluidité.

Dans la chambre, l’éclairage indirect de la corniche distille une touche contemporaine et subtilement vintage comme dans le reste de l’appartement. Il souligne aussi la vue dont on ne se lasse décidément pas, de jour comme de nuit ! Sous la fenêtre, la bande noire est l’espace laissé libre par le cache-radiateur pour l’évacuation de l’air chaud. Vintage lui aussi !

Demi-tour et vue sur le mur du fond, intégralement habillé de rangements sur mesure. Une solution élégante qui se glisse parfaitement dans les codes de l’appartement.

Zoom sur le coin bureau, 100% AM.PM, avec un module en noyer, Archivita et une lampe à poser Moke.

La tête de lit en tissu blanc de chez AM.PM se détache agréablement du mur bleu. On aime cette teinte profonde et douce de chez Ressources qui souligne meubles et plafond, tout en subtilité.

La salle de bain s’est parée d’un sobre terrazzo aux éclats beiges et gris.

Zoom sur la vasque. Ici, on a choisi les robinetteries noir mat, pour un bel effet de contraste avec le terrazzo.

Dans la douche à l’italienne, une niche qui joue les illusions d’optique. Quasi invisible, l’illusion est encore renforcée avec un flacon pompe au décor terrazzo.

Photographies : Bertrand Fompeyrine
Texte : Elise

Réalisation : Bossard Architecture